Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rien que de l’authentique

Quand notre esprit se relâche, en vacances ou dans la quiétude d’un weekend langoureux, nous devenons de merveilleuses victimes, des moutons dociles pour harangueurs aguicheurs, marchands de foire foireux et autres vendeurs de faux bio vous assurant qu’il-faut-favoriser-l’économie-locale-de-manière-participative-en-renforçant-les-liens-humains-pour-la-survie-de-la-planète. Même s’ils en profitent pour fixer une marge indécente et garder un mystère sur la composition de leurs produits.

 

Qui n’a pas vu ces arnaqueurs, clamant haut et fort que seul votre bonheur compte. Vous vous laissez aller à ce discours qui vous caresse l’ego et leurs phrases mielleuses vous sucrent l’esprit pour s’y dissoudre agréablement. Et vous n’entendez pas les aboiements qu’ils gardent au fond de leur gorge, prêts à vous déchiqueter le porte-monnaie, ou plutôt le porte-billets.

 

Recettes artisanales ! Garanti naturel ! Vous ne trouverez pas ailleurs ! Plus c’est original, plus le chaland a le sentiment de se démarquer des autres, d’être celui qui a pu choisir l’inatteignable, l’unique, en quantité limitée ; il n’y en aura pas pour tout le monde ! La cuisine du terroir, les recettes du terroir, c’est le regard bienveillant de grand-mère qui transmet des siècles de savoir-faire sans pesticides. Et cela permet de multiplier les prix par deux.

 

Cependant, l’acheteur est parfois rebelle.

 

Je peux voir la composition ? Regard haineux du vendeur, avec un Je vais m’le faire celui-là inscrit en caractère gras sur son front taurin. Mais enfin monsieur, rien que du naturel je vous dis ! Et si vous n’achetez rien, laissez la place aux autres ! Le regard réprobateur des pressés de-manger-rien-que-du-naturel vous écrasent de leur mépris et de leurs certitudes. Cédant à votre voix intérieure qui vous chuchote que le lynchage n’est pas loin, vous vous décidez pour un produit sans risque : un fromage. Vous savez déjà que la croûte sera soigneusement raclée, ne partageant pas les mêmes valeurs sur l’intérêt de l’authenticité des poules perchées au-dessus des meules.

 

Je peux avoir un ticket de caisse ? Là, vous vous raidissez, attendant le coup, mais la largeur du stand ne permet pas au vendeur de vous massacrer tout de suite. C’est pour déclarer aux impôts ? vous postillonne-t-il à la figure, malgré la distance qui vous sépare. De toutes façons, il est pas bio, le ticket !

 

Ses aboiements vous laissent de marbre et vous tendez la main, signifiant que ce n’est pas négociable. Le type vous griffonne alors des chiffres sur un carnet à souches numérotées et vous plaque le reçu sur votre fromage, vous fourrant le tout dans un papier journal dont vous imaginez les encres pas vraiment bios déteindre sur la croûte que vous avez bien fait d’envisager de jeter. La croûte, pas le fromage.

 

Calmement, en prenant votre temps, vous dépliez l’emballage et scrutez le document avec l’œil acéré d’un contrôleur fiscal ; le silence s’est fait autour de vous, les chalands de plein air attendant la suite, certains la bouche ouverte dans un questionnement béat, d’autres ricanant sur une issue qu’ils attendent en connaisseurs. Il manque les coordonnées du vendeur, déclamez-vous d’une voix sentencieuse. Le gars derrière son étal émet un gargouillis identique au bruit d’une fin de vidange de baignoire et se précipite pour se jeter sur vous.


Il ne sait pas que votre copine est ancienne championne du monde de kick-boxing, boxe thaï, et boxe anglaise et qu’elle vous a enseigné quelques rudiments qui vous permettent de vous en sortir dans les situations de base. Et le gars qui se précipite sur vous, il est vraiment de base…

 

Les témoins ont dit que vous l’aviez énervé. Et maintenant, il ne vous reste plus qu’à trouver la somme pour la caution.

 

 

Textes et photos : © emmanuel cockpit

Tag(s) : #Humeurs
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :