Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1-copie-1.jpg

 

Une année bissextile est une année comptant un 29 février, et c’est tous les 4 ans. Le but est d’introduire ce jour supplémentaire pour aligner au plus juste le calendrier avec les saisons, sinon l’hiver se retrouverait en juillet au bout d’un moment. A raison d’un quart de jour par an en plus des autres, il faudrait quand même 730 années pour célébrer Noël au bord de la piscine. Il y aurait toujours des glaçons mais dans les verres, pas sur les arbres.

Caler notre calendrier sur les saisons, c’est s’aligner sur l’année tropique. Dire que c'est la durée d'un cycle de 4 saisons est peut-être un peu réducteur. Et de toutes façons, c’est  faux  au pôle Nord ou au centre de l’Afrique. Alors sans rentrer dans les détails et pour faire simple, on dira que c’est le temps que met la Terre pour faire une révolution autour du Soleil. Certains spécialistes déclarent que c’est l'intervalle de temps séparant deux passages successifs du Soleil à un équinoxe ou un solstice. Mais comme ce sont des spécialistes, ils ne sont évidemment pas tous d’accord, parce que ça varie encore entre les 4 saisons. Alors c’est la moyenne qui est retenue et la durée de l’année tropique serait de… 365,2422 jours. Ouf !

Dans la Rome antique, il y avait moins de spécialistes, et l’année calendaire du calendrier Julien se contentait de ce jour supplémentaire tous les 4 ans, soit une année moyenne à 365,25 jours. Mais à rajouter sans discernement un jour tous les 4 ans, on se décalait quand même d’un jour au bout de quelques 500 ans. Du coup le calendrier Grégorien, celui que nous utilisons de nos jours, s’est mis à la page avec des règles qui entraînent une durée moyenne de 365,2425 jours par an.

Jusque-là ça va ? Parce qu’à ce stade de la lecture, vous êtes autorisés à faire une pause pour absorber une aspirine ou toute autre médication de nature à vous permettre de terminer l’explication sans grever les statistiques de l’absentéisme au travail avec sa cause première : le mal de tête.

Pour cette petite différence, soit 0,0003 jours par an, la règle fixe qu’une année bissextile ne se retrouve pas systématiquement tous les 4 ans (l'aspirine fait son effet ?) Les siècles ne sont pas des années bissextiles, comme en 1900… sauf tous les 400 ans, comme en 2000. On se rapproche donc du décalage. De toutes façons, il n’y a que le doyen de l’humanité qui aurait pu éventuellement saisir la subtilité de cette exception dans sa vie courante.

Le calendrier Grégorien est donc encore un poil trop long, mais là, maintenant, je m’en tape complètement. Dans les années à venir, l’effet de serre aura sûrement plus d’impact sur les saisons que cette quatrième décimale après la virgule. Nous continuerons à dire que « ce n'est pas un temps de saison », et les jeux olympiques continueront à avoir lieu tous les 4 ans. Et une année pour moi, c’est entre deux anniversaires !

Au fait, pour rendre la grammaire moins machiste, si on l’appelait une année bissextelle ?

 

Crédit textes : © Emmanuel Cockpit

Crédit photos : © Geluck

Tag(s) : #Vie quotidienne

Partager cet article

Repost 0