Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chevaux.jpg

 

La pluie d’automne cingle les vitres par rafales, tandis que les feuilles s’affolent dans le vent glacé. Les arbres dansent sur un rythme désordonné sous les croassements lugubres des corbeaux. L’automne sans concession tient la nature dans sa poigne et nos esprits tentent une résistance. Notre énergie anesthésiée trouble notre perception. La vue de cette lente agonie de la nature, avec ses couleurs qui se diluent, brouille notre vision et génère parfois de la mélancolie. 

Certains se plongent avec délectation dans cet abattement pour savourer cette torpeur et y stagner par paresse. Il est en effet facile de rejeter un environnement de fureur pour languir dans des mondes suaves et tièdes, où une bienveillance onctueuse se reflète dans le miroir complaisant de ses rêves. Or les rêves ne peuvent pas survivre à notre monde dans lequel il faut sans cesse s’adapter. Il ne faut pas rêver trop fort, car on se réveille brusquement et la réalité nous rattrape, sans espoir et grise comme tous les matins d’hiver mis bout à bout. 

La vraie valeur de la mélancolie, voire sa nécessité, c’est sa faculté d’asseoir son avenir sur la consistance des plaisirs du passé, pour avancer plus fort, plus mûr, même si ses traces n’ont pas toujours une origine précise. Elle apporte une sérénité impalpable, différente de la tristesse qui est un repli sur soi, un chagrin douloureux, un enlisement intérieur. La mélancolie peut être considérée comme une peine qui réchauffe le cœur, alors que la tristesse y dépose une chape glacée. Il est plus facile de déterminer l’origine de la tristesse que celle de la mélancolie. C’est peut-être parce qu’elle lave l’âme. 

La mélancolie n’est donc ni morne, ni lugubre. C’est une douce flamme qui réchauffe et à laquelle il suffit de ne pas se brûler. Elle embellit le quotidien sans provoquer de souffrance. Elle permet à l’imagination de se développer et à la créativité de s’épanouir.

La mélancolie est une écharde magique qui pique notre espérance d’odeurs intenses, de couleurs brillantes et de mouvements joyeux, en formant un reflet du bonheur, une symétrie vers l’arrière de notre vie. Mot tout en douceur, tout en rondeur, velouté sur la langue, la mélancolie est un colis envoyé par notre âme et glissé par un facteur facétieux dans la fente entrouverte de notre mémoire.


Crédit textes et photos : © Emmanuel Cockpit

 


Tag(s) : #Humeurs

Partager cet article

Repost 0