Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 BMW1

 

Je viens de faire plusieurs milliers de kilomètres avec une voiture de location très bien équipée en systèmes de sécurité. Est-ce vraiment utile ?

L’équipement est pléthorique et je dispose bien sûr du régulateur et du limiteur de vitesse, du GPS qui se déplie comme une rampe de lancement de missile, des phares qui s’allument quand ils le décident, des essuie-glaces qui se mettent en marche tout seuls et des bip-bip qui me hurlent dans les oreilles dès que je m’approche de trop près d'un obstacle quelconque, devant, derrière et sur le côté. Il y aussi des informations projetées sur la vitre, à hauteur du regard. Ca s’appelle « l’affichage tête haute » : vitesse, réglage du régulateur et information de collision potentielle sont visibles sans bouger le regard. Du coup je ne contrôle jamais la vitesse ailleurs, ni sur le cadran à aiguille, ni sur l’indicateur digital entre le compteur et le compte-tour, ni sur le GPS. D'ailleurs, laquelle est la bonne ? Celle du radar qui me contrôlera, bien sûr !

A force de regarder mes nombreux indicateurs, je n’ai pas le temps de profiter du paysage. Et le temps de me concentrer sur le réglage du régulateur et de comparer avec les infos du GPS, je ne visualise pas les nombreux changements de limitations de vitesse. Bon, il se passe quoi maintenant, je ne peux plus accélérer. Ah oui, j’étais en mode « limiteur » au lieu d’être en « régulateur ». Le GPS, justement, parlons-en. Il me dit « lac à gauche ». Je regarde quand même, et… il y a un lac à gauche ! On ne regarde plus le paysage, on compare ce que l’on observe et ce qui est lu ou entendu sur le GPS, les yeux effectuant des allers-retours entre les deux, plus rapides que ceux des spectateurs d’un match de tennis.

Côté audio, ça se bouscule aussi : la voix de la madame du GPS qui supplante la musique du CD, interrompue par les messages de sécurité ou les appels téléphoniques. D’ailleurs même si je ne veux pas connecter mon téléphone, le système le trouve et clignote pour me dire « hé, il y a un téléphone dans la bagnole, je veux communiquer avec lui ! ». Du coup, je n’arrive pas à me concentrer sur la campagne, ni à me faire emporter par la voix de Sharon den Adel des Within Temptation. Je peux toujours enlever la voix du GPS, mais avec tout ce qui me sollicite, je vais oublier de tourner au bon endroit.

Parlons maintenant des phares qui s’allument quand ils le décident : c’est génial, surtout dans les nombreux tunnels que je traverse en Suisse. Pas très « vertes », ces ampoules qu'il faudra changer plus souvent. D’ailleurs avec les phares de jour obligatoires sur les nouveaux modèles, on verra moins les motards. C’est peut-être pour cela qu’il faudrait qu’ils endossent un gilet fluo ! C’est quoi la prochaine étape ? Plus aucune voiture de couleur sombre ? Des gyrophares sur le casque des pilotes de motos ?

L’indicateur de collision est prévu pour faire respecter la distance de sécurité avec le véhicule qui me précède. Pour cela je dois régler le nombre de secondes avant l’impact potentiel. Whouahh, c’est combien ? Je me souviens qu’il faut environ une seconde pour réagir, je le règle donc à cette valeur. C’est marrant, ça se met à clignoter une fois la limite atteinte. Merde, il faut que je freine, la voiture est devant moi. Je ferais mieux de regarder la route ! Elle semblait pourtant loin. Trop loin en fait, parce qu'un autre véhicule se glisse entre elle et moi. Et mon truc qui clignote à nouveau et me dit « impact immédiat », il faut que je ralentisse. Et le type qui me colle aux fesses ne doit pas avoir de machin comme moi pour la distance de sécurité. Je n’arrive même pas à lire sa plaque d’immatriculation. Il y a des travaux, je respecte la vitesse. Ah oui, j’ai passé la frontière, je suis en Italie maintenant, tout s’explique !

A propos de bip-bip, c'est quoi encore celui-là ? Oups, je suis un peu près de la rambarde de sécurité et le radar de proximité me rappelle à l’ordre. Oui, mais avec les travaux, la voie fait deux mètres de large et je n’arrive pas à doubler le camion. Peut-être qu’en repliant les rétros ? J’ai le droit ? Pas de bip-bip intempestif pour me dire que non, comme c'est le cas pour la ceinture oubliée.

J’en ai un peu marre de toutes ces informations. Rien à fiche de savoir que je peux encore faire 357 kilomètres avec le contenu de mon réservoir. Il suffit que je pousse tous les rapports à 6000 t/mn et je vais perdre 50 kilomètres en une minute. Et puis c’est quoi ce six qui s’est allumé ? Ah oui je suis en cinquième, il me dit passer en sixième . Ben voyons, je fais ce que veux ! Et si tu n’es pas contente, fais-le toi-même ! Non, en fin de compte, je préfère m’en occuper, c’est mieux je crois.

Ma voiture personnelle est du siècle dernier n’a pas tout ça, mais c’est moi qui décide. Elle a un compteur et un compte-tour (avec des aiguilles !) et l’essentiel pour le reste. Cela me permet de prendre plus de plaisir et de m’intéresser davantage à la symphonie rauque et sensuelle de ses échappements et à ses rugissements sous le capot.

 

Crédit textes : © Emmanuel Cockpit

Crédit photos : © BMW

 


Tag(s) : #Témoignages

Partager cet article

Repost 0