Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

01-copie-1.jpg

 

L’ivresse des profondeurs ou l’ivresse des cimes, c’est de l’oxygène ou de l’air pur qui remplit nos poumons, nous ressource et nous redynamise. Personne ne dirait le contraire. Pourtant un peu trop d’air pour un peu trop d’ivresse et c’est la mort. C’est ce qui est arrivé à Benjamin, un adolescent, qui a cherché une inspiration trop audacieuse dans une aspiration de trop.

C’est ma fille qui me l’a appris cette fin de de semaine. Elle faisait une drôle de tête en m’expliquant qu’elle n’avait pas eu cours l’après-midi précédent. Etudiante en chimie, sa classe était effondrée suite au choc de cette information. Le personnel d’encadrement, plus humain et plus proche que d’habitude, avait manifesté une grande empathie en annonçant la tragédie. Découvert inanimé dans un parc, leur camarade de classe est mort des suites de l’inhalation d’un « air sec et pur » que l'on trouve dans le commerce pour le nettoyage d'ordinateurs ou de composants électroniques. Il s’était déjà retrouvé dans le coma lors d’une expérience précédente.

Certains ont violemment réagi en frappant sur les tables. L’un d’eux a cassé une vitre de rage. Incompréhension ou refus de comprendre, le même mot est dans tous les esprits : pourquoi ? Brusquement j’étais plongé plusieurs dizaines d’années en arrière et je me rappelle mes sentiments d’ados. C’est le même « Why ? » qui figurait sur le poster de ma chambre et qui représentait un soldat fauché par une balle. Et si je me remémorais mes camarades de classe, il en restait bien peu, entre les accidents de moto, les overdoses et ceux qui s’étaient dilués dans les méandres des hôpitaux psychiatriques. Rien n’avait donc changé.

Le plus dur est à venir, après la stupeur première, quand il faudra partager ses larmes et sa tristesse, sa compassion et ses gestes de soutien. Le chagrin des proches sera peut-être encore accentué par un sentiment sournois de culpabilité de n’avoir pas assez fait, trop fait ou mal fait. Nous avons pourtant tous des ados qui nous glissent entre les mains et qui ne se sentent pas compris. Comment peut-on leur expliquer que leurs rêves existent parce qu’il y a aussi la vraie vie, de même que la lumière est visible parce que l’ombre est présente ?

Ces adolescents déjà adultes et encore enfants surfent sur leurs envies, en équilibre entre un monde qu’ils rêvent et une réalité qu’ils appréhendent. Tout est contrainte et il y a trop de tabous. Ils veulent donc tout essayer, ils sont plein de ressources et n’ont peur de rien. Pour eux il n’y a pas assez de liberté, de tolérance et d'humanité. Pas assez d'humour. Pas assez d'amour. Benjamin a trop cherché les étoiles et l’alchimie fragile de son corps s’est emballée et a déraillé.

Alors quand nos enfants nous dirons « Mais papa, tu peux pas comprendre » en soufflant si fort que leurs mèches de cheveux plaquées sur le visage se soulèveront malgré leur surpoids en gel, essayons quand même de leur expliquer que si nous ne pouvons pas toujours les comprendre, nous sommes fiers d'eux et nous les aimons très fort.


Crédit textes et photos : © Emmanuel Cockpit

Tag(s) : #Témoignages

Partager cet article

Repost 0