Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

h-20-2519445-1307701833.jpg

 

Pour nous rendre le monde meilleur, nous trouvons des fournisseurs de services de télécommunication pour aller plus vite, de loisirs pour s’ennuyer moins, d’assurance pour ne pas prendre de risque, ou bancaire pour gagner plus en travaillant moins. Chacun de nous est un tout petit pixel, sans grand intérêt prit unitairement, mais nécessaire à la cohésion de l’ensemble. Comme pour un écran informatique, quelque pixels en moins et l’ensemble est gâché. Il est donc prioritaire pour ces papes de l’agrégation d’information que le maximum de consommateurs livre un maximum d’information traduisant un maximum leurs sentiments, leurs humeurs et leurs envies.

De manière à transformer leurs envies en besoins, et leurs besoins en chiffre d’affaire.

Des sommes qui nourriraient tous les affamés de la planète sont investies dans des datas mining, terme barbare pour dire que c’est spécial et vous ne pouvez pas comprendre. Il vaut mieux d’ailleurs. Si vous saviez ce qu’ils savent sur nous…. Avec des consultants spécialisés au prix de la journée équivalent à un salaire mensuel moyen, il est impératif que ces trésors d’information vomissent avec ergonomie des présentations bien léchées et des tableaux de bord percutants sur les tendances de demain ou celles de dans une heure. Ces tombereaux de données et ces fleuves bouillonnants de fichiers, à faire frémir d’angoisse les inspecteurs de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés, doivent accoucher de décisions qu’il faudra suivre doctement sans laisser place à la moindre trace d’imagination. Nous sommes éventrés, pas comme un animal pris sur le pare choc d’une voiture, mais comme un cadavre lors d’une autopsie : bien proprement, chaque sujet d’analyse étant identifié, tracé, décortiqué et comparé.

Le principal vecteur qui nous piège est notre carte bancairetraçant nos achats avec leurs natures, leurs montants, leurs fréquences et leurs lieux. Et les bases de données décident que les Marie et les Jessica choissent des chats comme animaux de compagnie, que les Robert aiment la chasse et boivent de la bière, et que les Maxime ne jurent que par les derniers gadgets des nouvelles technologies. Tout ça pour cibler les sujets potentiellement générateurs de revenus.

Sans oublier Internet ! Ouh là là ! Les recruteurs n’hésitent pas à aller voir toutes les traces laissées par les auteurs de brillants CV. Un rapide passage sur les sites de réseaux sociaux et les dynamiques et prometteurs candidats passent instantanément du statut « fort potentiel » à la catégorie « malgré l’intérêt de votre candidature… » Mais vu l’intérêt majeur suscité par ces sites, les recruteurs n’ont parfois que le choix entre celle qui montre ses seins et celui qui fume un joint de temps en temps.

Seuls quelques uns d’entre nous nourrissent une défiance quasi maladive envers ces prélèvements de notre existence. Car l’être humain aime se pavaner, adore que les autres de son espèce le regardent pour l’admirer ou l’envier et prend du plaisir à être l’élu pour un sondage. Alors les systèmes décisionnels continueront à absorber tout ce que nous leur abandonnerons négligemment pour satisfaire notre ego et notre paresse. Le consommateur final que nous sommes restera un octet hésitant dans la myriade des systèmes d’information, une micro pulsion électrique à travers les multiprocesseurs, un nano champ magnétique dans les mémoires informatiques. 

Et l’industrie informatique fera progresser la finesse de ses outils d’intelligence artificielle et le revenu de ses actionnaires.

Georges Orwell et son roman 1984 nous avait déjà prévenu bien longtemps avant tous ces outils. Il avait juste fait travailler son imagination. Et encore, peut-être a-t-il tout simplement eu une illumination de bon sens….

 

Crédit textes : © cockpit

Crédit photos : image du film Matrix


Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :