Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pistes de ski : ça dévale, ça emballe et ça s'étale

Ce n'est pas encore le printemps, même si les pistes de ski commencent à être un peu plus dans notre imaginaire. Cependant, en montant assez haut, on peut trouver différentes catégories d'hommes et de femmes des neiges, pas vraiment abominables, juste drôles. Voici quelques portraits.

Les débutants : l’inconvénient est dans leur titre, mais l’avantage est qu’ils le savent. Ils se rassemblent aux endroits où leur concentration alerte facilement les autres skieurs. Et cela leur permet de comparer leurs progrès qui sont les plus visibles de toutes les catégories. Certains présument toutefois de la rapidité de leur évolution et veulent optimiser leur forfait journalier en utilisant toutes les pistes à leur disposition. Ils imaginent sans doute que ce sont les mêmes règles qu’au vélo : il faut avancer pour ne pas tomber. Sauf que la route est en général plate et non glissante. Ils sont donc amenés à faire des petits sauts de manière totalement incontrôlée et comprennent rapidement que la douceur de la neige de leur jardin n’a rien à voir avec celle sous leurs skis après le passage de la dameuse.

Les faux débutants : appelés aussi "pas encore confirmés". Leurs skis ne sont jamais complètement parallèles, ils penchent leurs corps un peu trop ou pas assez, et souvent du mauvais côté. Ils plantent leurs bâtons trop près de leurs skis et manquent de se faire chuter ou alors ils les écartent à angle droit, comme pour repousser les autres skieurs qui les approcheraient de trop près. Ils changent de trajectoire sans logique et font croire qu’ils veulent faire du hors-piste en se dirigeant régulièrement vers les bords de celle-ci (ça c'est moi !)

Les beaux gosses : ils skient à l’envers, font des 360 sur la piste, dévalent les noires en tout schuss et réalisent des fucking figures (si vous ne comprenez pas tous les mots, c’est normal, c’est du langage de beau gosse). Ils ont l’accoutrement de beau gosse, c’est à dire des lunettes miroir et des vêtements de marque assortis, aux couleurs chatoyantes, qui se remarquent sur le blanc des pistes, même quand elles sont noires. Et quand ils chutent ils restent classe, car la marque de leur snowboard est également imprimée sur le dessous de leur planche. Alors que toi, quand tu chutes, t’es qu’un gros naze.

Les cramés : qu’ils soient habillés comme des beaux gosses ou avec des vêtements pouraves de récupération, qu’ils aient des skis de compétition ou des trucs de ski-école, l’essentiel pour eux est de tartiner un maximum sur les pistes. Leur devise : la ligne droite est le chemin le plus court entre deux points. Ils se différencient parfois avec des accoutrements vraiment particuliers, notamment sur la tête. Ce sont eux qui portent des bonnets de fous, multicolores avec des grelots ou des cheveux orange vif. Ils sont cramés dans le visage aussi, vu qu’ils passent leur journées sur les pistes et que les crèmes protectrices, c’est des conneries, c'est bon pour les beaufs.

Les parents surdoués : ils sont persuadés que leurs enfants sont de la même graine. On assiste alors à des couples parents-enfants qui dénotent des skieurs habituels. Il y a le papa avec son fils de deux ans entre les jambes, sans bâtons, le reflex avec un zoom de 300 mm accroché dans le dos pour immortaliser la moindre prouesse du futur prodige. Ou la maman avec son petit qui parle tout juste et chaussé de skis à peine plus longs que des patins à glace au bout d’un harnais et d’une laisse. Certains enfants sont ravis, alors c’est tant mieux pour eux. On verra plus tard pour les articulations. Il y a aussi des mômes qui ne disent rien, soit parce qu’ils sont tétanisés par la peur, soit parce qu’ils savent qu’ils n’ont pas le choix. Leurs hurlements à la sortie du télésiège aurait dû pourtant alerter les parents.

Les papys atomiques : ils skient en général très bien, se les roulent un peu, genre force tranquille, moi-mon-p’tit-gars-ça-fait-70-ans-que-je-skie-alors-tu-ne-va-rien-m’apprendre. Ils soignent certainement leur forme pour être  sur les pistes et faire des trucs qui font rêver les débutants. Sauf qu’ils ont plus de retenue que les p’tits jeunes qui ne veulent pas s’en laisser compter facilement et prennent des risques histoire de montrer qu’ils sont les meilleurs. Alors quand les beaux gosses accélèrent, ils essayent de suivre mais se fatiguent vite ou se rappellent peut-être qu’ils étaient comme ça aussi ?

Les minettes : la sous-catégorie des "blondes" en fait partie. On ne peut pas les louper, c’est une catégorie à part parce qu’elles se remarquent beaucoup. En effet, la plupart des skieurs sont casqués pour protéger leur tête, sauf elles. Y aurait-il moins à protéger ? Par contre elles arborent de superbes bandeaux aux couleurs fluorescentes qu'elles réajustent en permanence. Ils rehaussent leurs chevelures en la faisant ondoyer aux vents montagnards pour apporter des galbes originaux à leurs mouvements déhanchés. Elles se remettent à chaque remontée du baume à lèvre dont la couleur leur permettra d'être détectée même enfouies sous la neige. En général elles ne dépassent pas le stade des fausses débutantes. On peut aussi les reconnaître quand elles regardent un beau gosse. Et si à ce moment elles sont assises, la neige peut fondre autour d’elles...

Les moniteurs de ski : ils sont parés de leurs plus beaux atours, tout de rouge encombinés (le mot n'existe pas mais il parle bien de ce que je veux dire). Ils vous embobinent de leurs sourires étincelants au soleil des pics, celui des publicités pour dentifrices. Leurs regards charmeurs vous enveloppent et personne ne leurs résiste. Il y en aura toujours un pour vous plaire. On se demande s’ils ne dorment pas avec leurs skis, en observant le naturel qui émane d’eux et leur aisance sur la neige avec ces appendices. Mais attention Mesdames, quand vous les verrez en costumes de ville, ils risquent de perdre la plus grande partie de leur séduction.

Pistes de ski : ça dévale, ça emballe et ça s'étale

Crédit textes et photos : © Emmanuel Cockpit

 

Tag(s) : #Portraits

Partager cet article

Repost 0