Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

'Un bonheur n'arrive jamais seul' : ne boudons pas notre plaisir

C'est maintenant le vrai été, parce qu'il y a quelques jours, il faisait encore un temps pourri. Moral en berne, rien à faire dehors, surtout pas dans une piscine, je m'étais donc replié sur le cinéma qui reste une belle invention pour nourrir les rêves de tous les jours.

Compte-tenu de ces conditions météorologiques génératrices de spleen, j’ai évité les films "déprime" ou trop "prise de tête". Déjà, ce n'est pas facile de trouver quelque chose avec de vrais humains et des histoires de la vraie vie. Je laisse tomber les dessins animés et autres films d’animation mettant en avant la vie d'une famille boîte de conserve. J’hésite très peu sur les productions serbo-israélo-roumaines en version originale sous-titrées en norvégien. Je reste également dubitatif pour le choix de combats intergalactiques entre créatures pour jeux vidéo dopées aux stéroïdes anabolisants et issues du croisement d’un gorille et d’un rhinocéros.

Et si on se faisait une petite comédie romantique bien de chez nous ? Tiens, ils projettent « Un bonheur n'arrive jamais seul » dans mon cinéma de sous-préfecture, avec Sophie Marceau et Gad Elmaleh. C’est l’histoire d’un célibataire endurci, Sacha (c’est plus indiqué que Marcel... quoique), qui saute d’une femme à l’autre, mais parfois deux en même temps, et passe ses nuits en boîte à jouer du piano sans se préoccuper des lendemains. Un détail : il ne supporte pas les enfants. En face, on trouve Charlotte, trois enfants et une vie de bourgeoise sous le joug d'un mari pas encore tout à fait "ex", interprété par François Berléand, excellent comme d'habitude. Il est grand consommateur d’assistantes aux qualités professionnelles ciblées entre leur cou et le haut de leurs cuisses. Vous aurez compris que Sacha et Charlotte n’ont rien, mais alors absolument rien de commun qui puisse permettre d’envisager le soupçon d’un début de commencement d’idylle.

Le film remplit sa principale mission : c'est drôle, charmant et frais, bien que tout s'articule autour des deux acteurs principaux. Sophie Marceau sait chuter comme une déesse, s'affaler comme une princesse, se prendre avec grâce un lavabo dans les fesses. Elle est plus belle que jamais, en star qui sait descendre de son piédestal, rayonnante alors qu’elle est souvent sans maquillage (ou alors il faut donner un César à la maquilleuse). Au volant d'une Panhard décapotable hors d'âge, Gad Elmaleh en fait parfois un peu trop comme jeune premier, rasé en permanence de la semaine précédente, à la fois enjôleur et hésitant. Mais le charme opère, même si ses capacités créatives lui permettront de monter un spectacle musical à Broadway auquel on ne croit pas une seconde.

Ce n’était pas gagné d’avance, vu que James Huth, le metteur en scène, nous avait déjà proposé « Brice de Nice » et « Lucky Luke », donc dans des genres un peu... différents. Les seconds rôles ne décrocheront pas le César. J’ai même eu l'impression que ce sont de vrais copains dans la vie et qu'ils ont été engagés pour cette raison. Dommage aussi que les morceaux musicaux soient entièrement en anglais. Si déjà on fait jouer des copains, il devrait certainement y avoir de bons compositeurs dans le lot.

Le spectateur n’échappe pas aux passages incontournables du genre : rencontre-choc et choc de la rencontre au ralenti, bons copains omniprésents, apprivoisement des enfants, mère collante, grand-mère juive,… Le scénario est ultra-prévisible et les dialogues peu consistants. Le couple fonctionne cependant bien et on ne s'ennuie pas. Et puis le spectateur est là pour ça, il n’attend rien d'autre ! Ils s’aiment, ils se séparent, ils se retrouvent, il se re-séparent et ils finissent ensemble à la fin. Les clichés sont assumés et se savourent comme un bonbon un peu trop sucré.

Maintenant, compte-tenu de la chaleur qui est arrivée, je vais peut-être retourner au cinéma pour y chercher sa fraicheur…

 

Crédit textes : © Emmanuel Cockpit

Crédit photos : © Images du film « Un bonheur n'arrive jamais seul » 

 

'Un bonheur n'arrive jamais seul' : ne boudons pas notre plaisir
Tag(s) : #Cinéma

Partager cet article

Repost 0