Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

h-20-2500732-1305870954.jpg

 

Ah les guêpes ! Quand elles piquent, il y a parfois des compensations. Que je vous raconte… Vous allez peut-être me traiter de mythomane, mais ce n’est pas un conte et ça s’est exactement passé comme cela !

Je me suis fait piquer par trois guêpes. Une au front, une au bras et une sur le haut de la cuisse. Trois piqures sur un sujet à terrain allergique, ça peut dégénérer. Me voilà donc en route pour l'hôpital de mon chef-lieu d'arrondissement. Un petit hôpital qui inspire confiance, non pas par le nombre de spécialistes au mètre carré, mais par sa taille humaine et les qualités de service de son personnel.

Personne aux urgences. Je patiente un peu, puis une dame fort sympathique au sourire apaisant me conduit vers un siège, ou plutôt un fauteuil. Légèrement basculé vers l'arrière, j’attends que l’on vienne s’occuper de mes piqures. Il fait chaud, je suis en short et en T-shirt, et les travaux de terrassement de la journée m’ont épuisé. Je me laisse aller à un léger assoupissement. Je suis allongé, les yeux mi-clos, dans l'attente de soins calmants et surtout anti-allergènes.

Voilà soudain que j'entrevois, non pas une, mais trois infirmières fondre sur moi. C'est plutôt moi qui commence à fondre. J'ai devant moi un panel de ce qui se fait de plus agréable à regarder. L'une est une souriante rousse et tout ce qui va avec dans le fantasme des mecs : taches de rousseur, peau très blanche, cheveux frisés en cascade. La deuxième est une africaine au port de princesse et au sourire encore plus ravageur et quasi carnassier. La troisième semble plus circonspecte, peut-être plus professionnelle. Elle est de type asiatique, avec un regard plus hermétique mais aussi plus direct.

Il me faut quelques instants pour me remettre. Me suis-je assoupi et suis-je en plein rêve ? Cela ne semble pas être le cas, même si je ne sens plus mes piqures, et mon corps me distille des sensations qui rendent ce rêve trop réel. Je me surprends aussi à chercher une caméra cachée. Ces demoiselles, enfin que j’imagine comme telles, me jaugent un instant et semblent se moquer de ma situation. Mais moi ça ne me gêne pas, je profite aussi de cette situation. La seule idée qui me vient à l’esprit est l’incrédulité des personnes à qui je raconterai cette histoire par la suite.

L'une d’elle se met soudain à me parler et me demande ce qui m’arrive. Je sors de mon hébétitude et commence à leur expliquer que j’ai fait des travaux, qu’un nid de guêpes s’était niché dans une tranchée restée un peu trop longtemps ouverte, qu’un coup de pioche avait fait s’écrouler leur domicile et qu’elles n’avaient pas vraiment apprécié. Ca ne les intéresse que moyennement, mais j’insiste avec moult détails pour tenter de garder la main sur mes problèmes de maçon avant qu’elles n’utilisent les leurs pour une solution de massage.

La suite m’est restée comme dans un rêve : trois piqûres pour trois infirmières, le compte était bon. Et je vous le rappelle, une au front, une au bras et une sur le haut de la cuisse. Le terrassier amateur a été terrassé par les professionnelles. Inutile de me le demander, je ne vous donnerai pas l’adresse de l’hôpital.

 

Crédit textes : © emmanuel cockpit

Crédit photos : morguefile


Tag(s) : #Insolite

Partager cet article

Repost 0